Un tour à bord du Taxi Europeen de Stephan Eicher

Je rentre de deux heures et demi de cosmopolisme élégant et vivifiant, avec un zeste d'humour vif et une bonne poignée d'energie entre des mélodies subtiles.
Je descends d'un Taxi Europa qui entraine au long d'écrans vidéo interactifs qui n'oublie rien de ce qu'est un live.
C'est à dire une émotion qui se passe ici et maintenant. Des mecs comme ça n'ont pas besoin d'avoir peur des mp3, ils sont tellement magique sur scène que la musique plastifiée retrouve son rôle d'avant goût.
Du bon, du très bon d'ailleurs je vous embarque avec moi en tête de station…

Stephan Eicher a donc garé son taxi pour quelques heures au Transbordeur de Villeurbanne.

En rentrant dans la salle, on constate très vite que les jeunots ont eu leur ticket pour un autre groupe cosmopolite qui traine dans une autre salle. Alors on attends le rapport de ceux qui sont allés voir Placebo.

Bien sûr pour les plus de trente piges, Eicher, c'est la voix musicale de Djian. Et son dernier album ne faillit pas à la tradition. A la fois l'envie d'exister dont la violence s'ethère dans l'attente d'une étincelle. Un truc qui foutrait le feu aux poudres de l'artifice quotidien. Et le gratteux suisse vous saupoudre ça de petits sourires narquois contre les évidences tristes et l'emerveillement d'un soleil qui se lève, comme un matin où tout va être possible. On ne sait pas si l'attente sera longue, mais la patience est une homéopathie contre le renoncement. Le bonheur est une constellation d'éphémères que tout semble séparer et qui scintille pourtant dans le même ciel.

Pour la bande son, toujours ce talent du concert. Une energie qui donne tout sa puissance à la timidité, la discrétion, l'humilité des albums. Le son est magnifique les musiciens complices, ca tombe bien et quand ca glisse, c'est l'occasion d'un sourire plein de fraicheur. Les copilotes sont à l'image de cet espèce de kitsch élégant transfrontalier que nourrit avec ardeur le gitan des alpages. Germain, rital, anglosaxon, banlieusard blanc… Et les voix sont dans le ton de cette européannité trouvée. Eicher refile le micro à son bassiste pour qu'il donne une couleur bellissima à sa Cendrillon d'après mide noche.

Le visuel est discrétement audacieux et au service de la performance comme art du ici et maintenant. Quand tu arrives un peu en avance, que tu voit autour de la console de mixage trente six portables qui tiendraient tous dans une pochette canson, tu hésites entre les techniciens flambeurs ou les ingénieurs branleurs qui vont se faire un shoot'em up en reseau pendant le show. Ben du tout. Les vidéos sont pilotés au rythme de ce qui se passe sur scène. Et quand la bouche crayonnée du baladin apparait dans un retroviseur pour présenter dès le début du concert les musiciens, il peut improviser la complicité qu'il veut avec la salle, les mains dessinées applaudissant n'apparaîtront que lorsque le public applaudira. Tout est l'avenant.

Mais la magie est avant tout dans cet engagement pour un monde cosmopolite. Eicher fustige avec humour ses origines et les politiques xenophobes d'Europe. Il inverse avec tact ce slogan à la con qui dit "tant de millions de chomeurs, tant de millions d'immigrés". La suisse dont les dernières votations la font ressembler à tout l'arc fascisant alpin qui va de l'autriche à la france en passant par l'italie, cette suisse donc compte 3% de chomeurs et 20% d'immigrés pour un des états ou le revenu et la sécurité par habitant est dans les plus élevé de la planète. Et la France avec 3 fois moins d'immigrés compte trois fois plus de chomeurs… Alors pas de raccourcis ici, simple la preuve que les slogans ne sont que des avatars de la bétise.

En sortant j'avais envie de partir en Italie, d'écouter parler des espagnoles, de regarder un film de wim wenders dans son patois (mais son nous tous… pas toi … nous tous)… L'europe ne se fait pas avec des quotas et des directives mais avec des sourires et des désirs.

Merci herr Eicher
I would like to see you again, maybe in Lausanne, Geneve or Aix les Bains… (y a les liens pour les dates de concerts dans la réserve).
Hasta la Europa siempre

Magic
PS: en plus j'ai rarempent un avis sur les mecs, mais je trouve que ce type à un charme extra, une classe débonnaire… Si vous avez plus de piaules pour loger Djian et Eicher un soir où ils veulent bavasser toute la nuit à Lyon, demandes moi mon numéro de portable en privé