La rumeur: Le freeware du frisson

A propos de La Rumeur, Histoire et Fantasmes de Pascal Froissart.

Un moment ca fout les glandes d’avoir l’impression de se répéter…

Pour la deux millième fois…–>qqu’un me chope et me dit "je viens d’avoir le virus "jbmgrx.exe" (nom anonyme créé par l’auteur), je crois que je l’ai refilé à tout le monde, machin qui me l’a envoyé vient de me prévenir en me disant comment l’éradiquer… mon antivirus… tatata… ". Alors dans un premier temps, fiérement on dit "T’as été voir sur hoaxbuster", dans un second exaspéré on dit "T’AS ETE VOIR SUR HOAXBUSTER COMME JE TE L’AI RECOMMANDE CHAQUE FOIS QUE TU RECOIS UN MESSAGE A FAIRE SUIVRE IMPERATIVEMENT…", dans un troisième temps, on s’est intéressé au bouquin de Pascal Froissart (La Rumeur, Histoire et Fantasmes) et on se dit "Restons zen, voici qqu’un qui tripe sur le grand frisson, il vient de décuovrir le pouvoir magique d’Internet et à envie de se dire qu’il a une sorte de bouton rouge entre les mains, qu’il est le maillon fort d’une chaîne de cataclysmes ou de succès. Selon ma forme on commentera l’affaire ou pas…"

Dans son bouquin, écrit non sans pointes d’amusements, Pascal nous raconte l’histoire des rumeurs comme un phénomène culturel, une sorte de scénario ancestral qu’on se refile les uns les autres en y ajoutant des jeux de style et de déclinaisons thématiques.

Des avions du Pentagone aux légendes urbaines en passant par les rumeurs sur Bill Gates, il nous explique que la rumeur est un concurrent efficace et gratuit des médias du frisson et de l’horreur. Elle est même parfois l’idée originale de leur existence même à ces médias ou aux émissions qu’ils balancent pour occuper le chalan.

Le site de Pascal est une ressource agréable, sérieusement intéressante, et pratique autour de cette question qui agite et fait rêver les manipulateurs en herbe (non pas ceux qui roulent les joints), un site qui botte en touche les paranos qui voient les méchants utiliser cette vilaine méthode pour exploiter les masses en les bétifiants.

Au final ce que dit et écrit Pascal est vachement instructif, amusant et intéressant. Il nous rappelle qu’il faut pas se monter la tête à vitesse grand V, sauf si c’est pour le fun. Que s’acharner contre les rumeurs c’est participer au grand cirque. Ne serait-ce que parler d’une rumeur, même pour la dénoncer, c’est lui redonner un peu d’élan, et que seules les guignoleries ou la lassitude permettent de les calmer.

Au passage, lorsqu’une star de cinoche passe à la téloche pour dire de la rumeur qu’elle est mourrante que c’est du flan, elle n’aboutit qu’à une chose: elle augmente le nombre total de personnes qui croient la rumeur, car il y a toujours une sorte de chiffre magique qui fait que 25% d’une population pense qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

Et comme le rappel Pascal, une des particularités de la rumeur, c’est qu’elle ne fait jamais vraiment de victime (même si son côté ragot peut parfois raviver des sentiments plus obscurs)

Ne soyons pas fataliste, mais ne nous battons pas contre des moulins.

Pour en savoir plus: