Les nouvelles technos en marche (??)

Ca devient du grand n’importe quoi, avez-vous remarqué ? Alors que d’un côté, on a le sentiment étrange et pénétrant que la technologie nous aspire pour nous donner accès à l’information et à la communication, les états semblent renâcler et traîner du pied dans la grande course aux nouvelles technos…
Il faut dire que l’enjeu est grand. Communiquer, c’est déjà posséder le pouvoir. Et la Chine l’a bien compris en interdissant récemment à la fois Google et AltaVista(Sources BBC). Certes, l’accès à Google a été établi le 12 septembre, semble-t-il, mais cela montre tout de même l’emprise qu’un état peut avoir sur l’internet et surtout quel contrôle peut être exercé par une puissance sur l’information qui y circule. Un petit peu effrayant, quand on y songe. La Grande Muraille (Pare-Feu, sans doute) autour d’une société.

Quant à la palme de la loi la plus débile, elle revient très certainement à la Grèce qui nous a pondu la loi interdisant les jeux électroniques(Source ZDnet). Ainsi, un gentil touriste se baladant aux alentours de l’acropole, pris dans une petite partie sur sa Game Boy ou son téléphone portable risque 5 000 à 75 000 euros et un emprisonnement pouvant aller de 1 à 12 mois, prétextant que cette mesure vise à bannir le jeu (d’argent) illégal. On ne voit pas forcément le rapport, certes. Quel est le risque, lorsqu’une personne jouant à snake sur son Beaukia ?

On commence quand même à s’interroger lorsque l’on constate ce qu’un pays est capable de faire pour éradiquer un média donné. Il est d’ailleurs étonnant que les Etats-Unis, par exemple, n’aient pas décidé de s’emparer du net pour éradiquer la propagation de sites dits « terroristes ». Bref, l’actualité donne beaucoup à réfléchir sur les libertés individuelles, et en particulier la liberté d’expression, même si la Chine n’est pas le modèle de la discipline… Le net est devenu l’indicateur de la santé de la démocratie dans un pays, là où autrefois l’on censurait les journaux, puis la télévision. Et chez nous, alors : cela va-t-il bien ?