Ciao Boomtchak – Ni larme, ni joie

Le web superbe ainsi fait de coup de coeur et de passion qui le rende bouillonnant. De nombreux sites (comme mozeclic) doivent beaucoup de leur ambition à être des espaces de rencontre, de vie, de rêve et d’utopie à un certain Boomtchak.
Ben voila, cette zone s’endort d’un coup.Après 18 mois de bouillonnement, les animateurs du site, et en tête son créateur (DavDuf), décident de voguer vers d’autres aventures.
Pas facile de webmasteriser un site dans le temps quand vous le faites pas pour en avoir une plus grosse que les autres, mais juste pour le plaisir de partager.
Le merveilleux de boom, était de proposer un lieu de rencontre pour tous les webmasters qui avaient envie de travailler sur le concept d’une publication partagée. Un truc où y a pas des grands manitous qui décident de tout et qui sont codeurs jusqu’aux bouts des ongles pour laisser les autres dans l’ombre d’un truc qui serait pas à leur portée.
Merveille du web, l’esprit de boomtchak, est celui des zones d’actions temporaires d’Hakim Bey. Cette idée de se réunir dans l’action, de diffuser par des rencontres d’éparpiller les germes de la passion. Et pas de doute, cet esprit va continuer à voguer, et mozeclic suivra les brises qui pousse la flotille des webnukers.
Espoirs et évidence, la vie de ces radeaux d’idées, est celle de mozeclic. Elle vit d’une envie collective et d’un engagement individuel. Sommes-nous capable de nous détacher de l’idée que la passion n’a pas besoin de relais pour se désinvestir et revenir rafraichie dans un lieu où chacune et chacun alternativement s’offre une part d’enthousiasme pour ne pas épuiser, mais pour sans cesse puiser?
Un petit lien par-ci, un petit mot par là, un commentaire ici… une dizaine de minutes dans la semaine pour un geste sans ambition, mais tellement riche. Et pas de chichi sur le "pas oser", l’envie n’est pas celle de distribuer des oscars, mais de lire ce qu’il y a au fond de chacun, pas les phrases fades et aseptisées des coureurs d’audimat.