La DADVSI tuera-t-elle le wifi pour les priviligiés de la SACEM

En balayant d’un coup d’un seul le principe de réponse graduée de la loi DADVSI, le conseil constitutionnel français a avancé un pion de plus pour vasectomier l’internet français et défendre les parties de pétanque tropézienne du showbiz.
Ainsi l’utilisation d’une connexion wifi pour télécharger illicitement des oeuvres intellectuelles et de l’esprit (c’est le terme qu’on emploie aussi pour la danse des canards, viens boire un petit coup à la maison…) rend coupable le proprio de la connexion (donc jusqu’à trois ans de taule et 30 000 euros d’amende)… même si… même s’il s’est fait pirater son routeur. Ce qui est jouable pour un hacker un minimum équipé qui se balade dans ton quartier dans un délais de 1 à 60 minutes selon divers expériences présenté lors de la dernière conférence redhat.

Aux states la RIAA (l’équivalent de notre SACEM) s’est fait bananer par les tribunaux sous pretexte que l’on n’avait pu prouver que la connexion wifi n’avait pas été piratée par une personne extérieure.
En France nos lobbies "culturels" sont manifestement bien plus puissants. Puisque les termes de la loi condamnent des utilisateurs qui ne peuvent pas savoir qu’il y a des intrus.

Une telle loi révisée par les sages du conseil constitutionnel à plusieurs conséquences:

  • Les opérateurs wifi qui voulaient déployé un réseau communautaire pour créer un maillage "voix sur ip" l’ont dans l’os. Adieu votre futur portable free ou neuf telecom qui vous promettait le mobile gratuit partout où il y aurait un co-abonné wifi.
  • Adieu les réseaux d’entreprises et le wifi dans les universités. Il va falloir payer des salles et des bureaux équipés de postes fixes filaires…
  • Cette loi est tellement merdique que son application est scandaleuse et impossible
  • Allez Niko&Ségo faîtes nous des offres d’amnisties des délits à la DADVSI, sinon votre carte scolaire va se superposer à la carte pénitentiaire.

Source de l’info de base:Wifi mit en danger par la dadvsi – Ratiatum